DRDJSCS Bourgogne-Franche-Comté

DRDJSCS Bourgogne-Franche-Comté

La Direction Régionale et Départementale Jeunesse, Sport et Cohésion Sociale de Bourgogne-Franche-Comté
Newsletter
Retour à la page d'accueil
>ÉTUDES >Jeunesse >Un quart des jeunes de Bourgogne-Franche-Comté trop éloignés des services

Un quart des jeunes de Bourgogne-Franche-Comté trop éloignés des services

Article ÉTUDES 21/02/2018

Un quart des jeunes résidant en Bourgogne-Franche-Comté vivent dans des territoires distants des services favorisant leur insertion sociale et professionnelle. C’est le principal constat d’une étude qui vient d’être publiée par l’Insee, en partenariat avec la Direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS).

Formation, emploi, santé, culture et loisirs, sport, information : l’étude s’est focalisée sur six paniers d’équipements contribuant à l’insertion sociale et professionnelle des 15- 29 ans. Il en ressort qu’un quart des 466.000 jeunes de la région, soit plus de 120.000 jeunes vivant dans des territoires isolés voire très isolés, éprouvent des difficultés d’accès prononcées à ces services.

Une bonne demi-heure de voiture pour plus de 8% des jeunes

Pour plus de 8% des jeunes de la région, soit près de 40.000, la durée moyenne de déplacement en voiture dépasse souvent la demi-heure aux heures creuses : trois fois plus que dans les grands pôles urbains. Les uns vivent dans des zones peu denses ou enclavées (Châtillonnais, Morvan, nord-ouest de la Haute-Saône) voire montagneuses (Haut-Jura, autour de la station des Rousses ou dans le pays de Maîche), les autres dans de petits pôles d’activités (Clamecy, Gueugnon, Selongey, Champagnole, Saint-Claude…).

Le nombre limité de services dans des petits pôles d’activités, un réseau routier restreint et une couverture numérique très haut débit incomplète sont autant de facteurs qui renforcent les inégalités territoriales.

Conférence de presse de l’Insee et de la DRDJSCS, le 20 février 2018

Les jeunes de la région vivent essentiellement du côté des grandes villes, caractérisées par une forte proportion d’étudiants, un taux de chômage élevé et une pauvreté plus présente. Ce sont toutefois ceux qui résident dans les espaces les plus isolés qui ont le plus souvent un emploi. Dans ces zones peu denses où la démographie décline, plus de la moitié des jeunes travaillent, dont une large majorité d’ouvriers. Ceux qui résident près de la frontière suisse ont de meilleurs revenus alors que dans le Châtillonnais, le Morvan et le nord-ouest de la Haute-Saône, les 15-29 ans sont davantage confrontés à des difficultés sociales.

Autant d’informations et d’analyses qui invitent à être partagées entre les différents acteurs intervenant dans les politiques en faveur de la jeunesse (État, collectivités locales, associations) pour dégager des pistes d’intervention.

Retrouvez l’étude sur le site de l’Insee (cliquez ici)

Liste des pièces-jointes